Kaïros ( le projet )

Titre : Kaïros
Signature : Collectif Kaïros ( avec Eva Vedel et Manon Souchet )
Années : 2019-2021

Exposé à :
Search bar # 2 – une exposition de l’ECOLAB, dec 2021, Théâtre d’Orléans

Uncool memories # 5 – tiens ! un design passe, juin 2021, Galerie de l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine

Uncool memories # 2, nov. 2020, Galerie de L’ÉSAD (Orléans)

Tags : #Numérique  #Algorithme #Data #Kaïros #Impression3D

Kaïros est un des dieux grecs qui représente le temps, il se définit par “moment opportun”, par une “rupture” qui emmène ailleurs. C’est à la fois le concept d’action et de contemplation, c’est également le temps sans chronomètre, le temps subjectif.

Anti-horloge
Le point de départ de ce projet commun, ou le premier moment Kaïros, et un constat sociologique. L’époque moderne nous a rendu esclaves de l’heure, d’un temps mesuré, chiffré, calculé, fragmenté. A partir de la thèse de Hartmut Rosa, nous avons développé un point de vue critique sur la conception de notre temps contemporain : le Chronos. Chronos est le dieu grec du temps objectif. C’est le tic-tac du chronomètre. Le temps qui nous fait courir, celui que l’on cherche et qui nous manque. Nous nous sommes demandées comment revenir à une perception plus souple d’un temps non-fractionné ? Comment représenter le temps qui passe sans horloge, sans être soumis à cette représentation mathématique du temps ? C’est ainsi que nous avons commencé l’aventure d’une recherche ayant pour but de créer une horloge chaotique, une anti-horloge. Un objet contemplatif en perpétuelle métamorphose qui nous “donne le temps” et nous encourage à se le réapproprier, à entrer en résonance.
Céramique, algorithme et Data
Nous avons commencé par nous intéresser à la capillarité pour représenter le temps par un changement d’état progressif. Puis nous avons travaillé avec un algorithme qui modélise la propagation de l’eau dans la matière. En nous laissant dépasser le code qui prend vie sous nos yeux et crée un paysage, nous sommes devenus nous-même contemplateurs. Chaque objet généré par l’algorithme est différent et la fabrication additive fait apparaître des strates qui font échos à la géologie. Nous considérons la donnée comme un matériau, notre rapport à la forme s’inscrit dans la discipline de la data-physicalisation. Un algorithme produit la forme de la vasque, dans laquelle vient se déployer le paysage, grâce à un diagramme. La forme informe, elle résonne avec le matériau et le matériau résonne avec le milieu. Il assume une posture performative, la vasque et le paysage central biscuités interagissent avec leur milieu. Le temps de cet objet est incertain : l’eau s’en évapore à différentes vitesses en fonction des caractéristiques externes (humidité, pression, température), et interne par l’absorption de la terre.